Comment réconforter un frère ou une sœur découragé(e) ? (Spurgeon)

Il est parfois bien difficile de savoir quoi dire à un frère ou une soeur qui passe par une épreuve. Dans cet extrait de prédication, Spurgeon nous encourage à revenir à la source de toute réconfort durable : l’Evangile.

Laissez-moi juste faire allusion à ces choses dans l’Evangile éternel qui peuvent réconforter les saints. Quoi, enfant de Dieu ! Es-tu en manque d’un sujet pour réconforter le cœur brisé ? Eh bien, va raconter les choses anciennes d’autrefois, chuchote à l’oreille de celui qui est attristé à propos de la grâce souveraine qui élit, de la miséricorde qui rachète, et de l’amour qui meurt. Quand tu trouves un homme troublé, parle-lui de l’alliance, en toutes choses bien ordonnées, bien signées, scellées et ratifiées ; dis-lui ce que le Seigneur a fait dans le passé, comment il a coupé Rahab et blessé le dragon ; raconte-lui la merveilleuse histoire des rapports de Dieu avec son peuple. Dis-lui que le Dieu qui a séparé la mer Rouge peut faire une route pour son peuple à travers les eaux profondes de l’affliction ; que celui qui est apparu dans le buisson ardent qui n’a pas été consumé, le soutiendra dans la fournaise de la tribulation. Parle-lui des merveilles que Dieu a faites pour son peuple choisi : il y en a sûrement assez pour le réconforter. Dis-lui que Dieu regarde la fournaise comme l’orfèvre regarde le pot de raffinage.

« Tes jours d’épreuve, alors,
Sont tous ordonnés par le ciel ;
S’il nomme le nombre ‘dix,’.
Tu n’en auras jamais onze. »

Si cela ne suffit pas, parles-lui de ses miséricordes d’aujourd’hui ; dis-lui qu’il lui reste beaucoup de choses, même si beaucoup de choses ont disparu. Dis-lui qu’il n’y a « maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ » ; dis-lui que maintenant il est accepté dans le bien-aimé ; dis-lui qu’il est maintenant adopté, et que son statut est sûr. Dis-lui que Jésus est au-dessus, portant le plastron, ou plaidant sa cause. Dis-lui que, bien que les piliers de la terre tremblent, Dieu est un refuge pour nous ; dis à l’affligé que le Dieu éternel n’est pas en panne, et qu’il n’est pas fatigué non plus. Que les faits du présent te suffisent pour l’encourager.
Mais si cela ne suffit pas, parles-lui de l’avenir ; chuchote-lui qu’il y a un ciel avec des portes en perles et des rues d’or ; dis-lui que

« Quelques couchers de soleil, tout au plus,
Le fera atterrir sur la côte de Canaan. »

et par conséquent, il pourra supporter ses peines. Dis-lui que Christ vient, et que son signe est dans les cieux, que son avènement est proche, qu’il apparaîtra bientôt pour juger la terre avec équité, et son peuple dans la justice. Et si cela ne suffit pas, dis-lui tout sur ce Dieu qui a vécu et qui est mort. Emmène-le au Calvaire ; Imagine-lui les mains, le côté et les pieds qui saignent ; parles-lui du roi de douleur à la couronne d’épines ; dis-lui qu’il a lui-même porté nos péchés dans son propre corps sur le bois. Et si je n’en ai pas assez dit, va à ta Bible, lis ses pages, plie ton genou et demande conseil, puis dis-lui une grande et précieuse promesse, afin que tu puisses accomplir ta mission, et consoler un des membres du peuple de Dieu.

Charles Spurgeon, « Comfort proclaimed », sermon prêché le 21 septembre 1856 (source).

View All

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *