La belle attitude des chrétiens moraves

Envoyé comme Pasteur en Géorgie lors de la colonisation, John Wesley a eu l’occasion d’y croiser des chrétiens Moraves*. Pour Wesley, c’était une période de doute où sa foi était basée sur une piété rituelle et sur des œuvres, plutôt que sur la grâce. Le contact avec la communauté Morave l’a beaucoup impacté, et c’est d’ailleurs l’un des leurs, Pierre Boehler, qui mènera Wesley à la vraie foi évangélique. Voici ce que Wesley dit de ces chrétiens Moraves :

« Ils étaient toujours occupés, toujours joyeux et de bonne humeur dans leurs relations entre eux; ils avaient renoncé à toute colère, à toute querelle, à toute aigreur, à toutes mauvaises paroles; ils marchaient d’une manière digne de leur vocation, en quelque lieu qu’ils se trouvassent, et honoraient l’Évangile de notre Seigneur par toute leur conduite. »
Oeuvres, tome I, p. 17.

Voilà l’oeuvre de la grâce – elle bouleverse et transforme le cœur jusqu’à la racine, pour y semer la graine de l’amour et de la paix, qu’on trouve en Jésus-Christ seul. Puissions-nous, chrétiens du 21ème siècle, avoir aussi cette attitude là, et mettre en pratique ce verset d’Hébreux 10.24 : « Veillons les uns sur les autres pour nous inciter à l’amour et à de belles œuvres ».

 

*Il faut noter qu’à cette époque, le moravianisme avait encore une doctrine saine. Ce n’est que quelques années plus tard, sous l’influence de Mohlter, que les moraves de Londres acceptèrent des doctrines non bibliques. Wesley dut alors se séparer d’eux, à son grand regret.

View All

2 Comments

  1. […] sa conversion, au contact des chrétiens moraves, John Wesley avait une grande confiance dans ses œuvres et sa propre justice pour son salut. Plein […]

    Répondre

  2. […] sa conversion, au contact des chrétiens moraves, John Wesley avait une grande confiance dans ses œuvres et sa propre justice pour son salut. […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *