J’ai 23 ans et j’ai réussi ma vie !

J’ai 23 ans aujourd’hui. Chaque année qui passe est pour moi une occasion de prendre du recul et de m’interroger sur ma vie. A quoi mène celle que je suis en train de vivre ? A la fin de mon parcours terrestre, en regardant en arrière les années écoulées, est-ce que je pourrais dire que j’ai réussi ma vie ? En pensant à ça ces derniers jours, j’en suis venu à cette conclusion : sans prétention, je peux considérer avoir réussi ma vie.

Sur la base de quels critères ? Quand on demande à Google quels sont les critères d’une vie réussie, plusieurs choses apparaissent. Voici un rapide bilan de ma vie selon certains de ces critères.

  • L’argent : je ne suis pas millionnaire, mais je suis plus riche qu’environ 85% de la population mondiale (comme la plupart d’entre vous qui lisez ces lignes), uniquement parce que je suis né en France.
  • La famille : j’ai une famille merveilleuse. Des parents qui m’ont donné tout l’amour dont j’avais besoin, des frères et une sœur en or, et une famille élargie tout aussi extraordinaire.
  • Les amis : je suis entourés d’amis géniaux. Je peux compter sur eux et ils comptent beaucoup pour moi.
  • La santé : j’ai 23 ans, je suis dans l’aube de ma jeunesse et en pleine forme, grâce à Dieu.

Pourtant, ce n’est pas sur la base de ces critères que je peux dire que j’ai réussi ma vie. Ces choses pourraient disparaître du jour au lendemain. Ma santé peut m’être enlevée, et ma vie peut s’arrêter comme un souffle. Mon argent peut s’évaporer et mes amis (même si j’ai toute confiance en eux) peuvent me lâcher.

Quel critère me permet donc de dire que ma vie est réussie ?

Une phrase gravée dans ma mémoire

Un jour, quelqu’un a dit une phrase – petite mais remplie de sagesse – que je garde gravée dans ma mémoire. C’était il y a plus de 2 000 ans, dans une petite ville du Moyen-Orient. La voici :

« Que servira-t-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perd son âme ? »

Cette personne, c’est Jésus. Tu n’es peut-être pas croyant – mais prends quand même le temps de réfléchir à ce qu’il a dit : gagner le monde entier – richesse, pouvoir, honneur, gloire, succès, etc. – ne sert à rien, si l’on perd son âme.
En disant cela, Jésus montre que ce qu’il y a de plus important pour chacun de nous, c’est l’état de notre âme. Parce que l’âme est ce qui vit éternellement. Je crois, selon la Bible, qu’il y a quelque chose après la mort – et que l’âme n’est pas arrêtée avec la mort physique. Ainsi, comme le montre Jésus, perdre son âme serait quelque chose de terrible. Ce serait gâcher sa vie éternelle.

Sur la base de cette phrase de Jésus, je peux dire que j’ai réussi ma vie. Parce que mon âme est en bonne santé, et que je sais où elle ira après la mort : en présence de Dieu, pour toujours. J’ai réussi ma vie parce que mon avenir éternel est assuré. Un avenir de paix, de joie et de bonheur pour toujours.

Une affirmation prétentieuse ?

Une telle réaction peut paraître prétentieuse. Mais cette réussite ne dépend pas de moi, de ma force ou de mon obéissance à certaines règles. Cette réussite ne m’est pas donnée parce que je suis un homme religieux ou parce que je me dis « chrétien ».

Si mon âme est en bonne santé, c’est en raison de Jésus, et de ce qu’il est venu faire sur terre. Jésus est venu sur terre pour me sauver – et sauver quiconque croit en lui. Jésus – Dieu fait homme – a donné sa vie, en mourant sur une croix romaine. Il a pris la punition de Dieu, que chacun de nous mérite en raison de nos mauvaises paroles, de nos mauvais actes et de nos mauvaises pensées. Il a pris sur lui la condamnation juste qui nous concerne tous, parce que nous avons vécu en nous rebellant contre Dieu, notre créateur.

Mon âme, qui était autrefois prisonnière et plongée dans les ténèbres, est aujourd’hui libre et pleine d’une vie abondante, et ce pour toujours. Car Jésus a vécu la vie parfaite que je n’ai pas vécu, et il est mort en prenant la punition que je devais subir.

Je ne cherche donc pas à réussir ma vie – elle l’est déjà. Jésus en a assuré la réussite par sa vie, sa mort et sa résurrection. Quelle bonne nouvelle !

Perdre son âme ou la gagner ?

Perdre son âme est terrible – la gagner est bien mieux. C’est possible pour toute personne qui se confie en Jésus, le sauveur dont notre âme a tant besoin. C’est aussi vrai pour toi.

View All

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *