Les groupes de croissance selon John Wesley

C’est une bonne chose que les groupes de croissance se développent de plus en plus aujourd’hui. En lisant la biographie de John Wesley, écrite par Matthieu Lelièvre, je suis tombé sur un passage où on peut y voir… l’ancêtre des groupes de croissance. C’est un peu un dérivé des Holy club, qu’il décrit comme suit :

« Plusieurs membres avaient besoin de moyens d’édification plus intimes que la réunion de classe [sorte de groupes de maisons]. Ils désiraient pouvoir ouvrir leurs cœurs sans réserve, particulièrement au sujet des péchés et des tentations auxquels ils succombaient le plus facilement. Leur désir s’appuyait sur le conseil exprès d’un auteur inspiré : ‘Confessez vos fautes les uns aux autres, et priez les uns pour les autres.’ Pour me conformer à leur désir, je les répartis en petites compagnies, en mettant ensemble les hommes mariés d’un côté et les célibataires de l’autre, et de même pour les femmes. Les principales règles que je donnai à ces bandes, ou petites compagnies furent les suivantes :

  • Se réunir au moins une fois par semaine ;
  • Être ponctuellement à l’heure fixée ;
  • Commencer par le chant et par la prière ;
  • Dire chacun à son tour, librement et simplement, l’état vrai de son âme, en mentionnant les fautes commises en pensées, en paroles ou en actes, depuis la dernière réunion, ainsi que les tentations auxquelles on a été exposé ;
  • Que le conducteur, après avoir parlé de son propre état, puisse adresser aux autres autant de questions directes qu’il le jugera nécessaire, concernant leur état spirituel, leur péchés et leurs tentations. » 1
  1. Tiré de John Wesley, Sa Vie et son œuvre par Matthieu Lelièvre, p.132
View All

2 Comments

  1. Merci Benjamin d’avoir partagé cet article.

    Je participe à un groupe de croissance dans mon église locale. Ces dernières semaines nous avons lu à la maison l’épître de Jacques et partagé ensemble ce que nous retirions de chacun des chapitres, un chapitre par semaine. Le degré des échanges entre nous nous conduit souvent dans des zones qui ressemblent à la confession les uns aux autres. Mais le tout se fait spontanément et sans que personne ne se sente obligé de quoi que ce soit. Il faut dire que nos rencontres nous ont permis d’apprendre à nous faire confiance mutuellement.

    Alors, merci pour ton article, c’est bien rafraîchissant.

    Daniel Garneau
    http://www.savoiretcroire.ca

    Répondre

    1. Merci Daniel pour ton commentaire et ce partage ! Tant mieux si l’article a pu t’être utile.

      En Christ,

      Benjamin

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *