Le constat d’Hudson Taylor sur son propre coeur

Voilà ce qu’écrivait Hudson Taylor à sa mère, alors qu’il était en Chine comme missionnaire pionnier, au milieu des souffrances et des épreuves :

« Je ne puis te dire à quel point je suis parfois tourmenté par la tentation. Je ne m’étais encore jamais rendu compte à quel point mon cœur est mauvais. Cependant je sais que j’aime Dieu, que j’aime son œuvre et que je désire Le servir Lui seul et en toutes circonstances. Je mets au-dessus de tout ce précieux Sauveur en qui seul Dieu peut m’accepter.

Souvent je suis tenté de croire qu’un homme aussi plein de péché que moi ne peut être un enfant de Dieu. Mais je m’efforce de repousser cette pensée et je me réjouis d’autant plus de la valeur inestimable de Jésus et des richesses de cette grâce par laquelle nous avons été rendus agréables dans le Bien-aimé.

Bien-aimé de Dieu, Il devrait l’être aussi de nous. Mais comme je suis loin du but ici encore ! Dieu veuille m’aider à L’aimer davantage et à Le servir mieux !

Prie pour moi. Demande à Dieu qu’Il me garde du péché, qu’Il me sanctifie parfaitement et qu’Il m’emploie davantage à son service. »
Tiré de L’aventure de la foi, Howard Taylor, p.140

N’est-ce pas un constat que nous pouvons aussi faire, conscients de notre faiblesse ? Oui, que Dieu nous aide à l’aimer davantage, et à mieux le servir, pour sa gloire !

View All

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *